Organisation internationale de la Francophonie
Discours de M. Abdou Diouf - Caen, le 30 janvier 2005

Réduire ce texte Agrandir ce texte Imprimer ce texte imprimer Envoyer ce texte envoyer

Discours de M. Abdou Diouf - Caen, le 30 janvier 2005

Discours prononcé par le Secrétaire général de la Francophonie à l’occasion du 16e concours international de plaidoiries de Caen (France).

En ouvrant ce concours international de plaidoiries pour la défense des droits de l’Homme au Mémorial de Caen, je voudrais, en ma qualité de Président du Jury officiel, vous dire deux ou trois choses qui me tiennent à coeur.

D’abord, remercier les organisateurs, le Mémorial, le Barreau, la Ville de Caen, d’avoir eu l’idée de cette manifestation dans ce lieu si symbolique, et d’avoir su la faire vivre et grandir, puisque nous en sommes aujourd’hui à la 16e édition, et que son succès va croissant.

Les remercier aussi de m’avoir fait l’honneur de me proposer de présider le jury officiel, qui siègera en même temps que le jury du public, et d’avoir ainsi associé l’ensemble de la Francophonie à cette grande plaidoirie en faveur des droits de l’Homme.

Comment ne pas saluer la pertinence et l’actualité de cette manifestation, au moment même où l’Europe célèbre le 60ème anniversaire de la libération des camps de la mort ? Comment ne pas se réjouir que dans le monde actuel déchiré par la violence et l’injustice, des avocats venus des pays les plus divers aient décidé de mettre leur talent au service des droits de l’Homme !

Je voudrais vous dire, en ma qualité de Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, l’importance première que notre Organisation attache à ce combat.

La Francophonie, ce n’est pas seulement la défense et la promotion de la langue française. C’est aussi l’engagement au service de certaines valeurs héritées de l’histoire commune des pays francophones.

Au premier rang de ces valeurs, il y a le respect des droits de l’Homme.

Ces droits de l’Homme, si fortement proclamés par la Déclaration française du 26 août 1789, rendus universels par la Déclaration des Nations Unies du 10 décembre 1948, actualisés et célébrés par de nombreux textes et conventions dans le monde, la communauté des pays francophones les a, à son tour, solennellement affirmés dans la Déclaration de Bamako du 3 novembre 2000.

Mais les droits de l’Homme, il ne suffit pas de les proclamer, il faut faire progresser leur application et les faire respecter. C’est la mission que les chefs d’Etat et de gouvernement des 63 Etats et gouvernements membres, associés et observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie ont confié à notre institution, en même temps qu’ils nous ont demandé d’agir pour conforter les pratiques démocratiques, tant il est vrai que la démocratie est le meilleur garant du respect des droits de l’Homme. C’est dans ce but que l’OIF a, au cours des années récentes, multiplié les initiatives.

Initiatives, d’abord, là où le conflit était ouvert et les droits de l’Homme bafoués, pour contribuer au retour à la paix et faire cesser les violences. C’est ainsi que nous sommes intervenus notamment, au cours des deux dernières années, en Haïti, en Côte d’ivoire, aux Comores, en République Centrafricaine, au Congo-Kinshasa.

Mais initiatives aussi pour prévenir la violation des droits et conforter l’Etat de droit : d’abord, en accompagnant les efforts des Etats et gouvernements qui souhaitent renforcer leurs institutions judiciaires, ensuite, en développant notre coopération avec les juridictions et les Barreaux francophones et les Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l’Homme.

Initiatives aussi pour accompagner les processus électoraux, en envoyant des observateurs lors des consultations et en aidant au développement d’une presse libre et pluraliste, dont l’existence est la condition de la démocratie. Initiatives encore pour promouvoir une culture démocratique en finançant des projets pilotes d’éducation à la citoyenneté et en participant à l’élaboration de plans nationaux pour les droits de l’Homme.

C’est aussi pour prévenir la violation des droits et intervenir le plus en amont possible des conflits que nous avons mis en place récemment un Observatoire permanent des pratiques de la démocratie des droits et libertés. Cet Observatoire fonctionne en réseau avec des organisations internationales et non gouvernementales, et nous entendons renforcer son rôle en matière d’alerte et de prévention des conflits.

Mesdames, Messieurs, il est long encore le chemin qui reste à parcourir pour que les droits essentiels de l’Homme soient respectés dans notre monde où la misère, l’ignorance et les inégalités font le lit de la violence et du terrorisme.

Les chefs d’Etat et de gouvernement francophones, réunis au mois de novembre à Ouagadougou, ont souligné la nécessité d’un développement durable et solidaire pour consolider l’Etat de droit, la démocratie, les droits de l’Homme. I

l faut conjuguer tous les efforts, individuels et collectifs, toutes les volontés sur les plans politique, économique, juridique, éducatif, culturel, humanitaire, pour faire progresser et respecter ces valeurs que nous avons en commun.

Je voudrais saluer aujourd’hui tout particulièrement, devant cet auditoire averti et impliqué, toutes celles et tous ceux, avocats, hommes de loi, journalistes, inlassables militants de la cause des droits de l’homme, qui, parfois au péril de leur vie se dévouent, chacun dans son domaine, pour faire progresser la place de la justice et du respect de la personne humaine. Comment ne pas avoir une pensée spéciale pour Florence Aubenas, la journaliste de Libération disparue depuis près d’un mois en Irak ?

Soyez sûrs que vous aurez avec l’Organisation internationale de la Francophonie un interlocuteur et un partenaire particulièrement motivé chaque fois qu’il s’agira de dénoncer un manquement aux droits de l’Homme, de faire reculer l’arbitraire et de faire progresser la cause de la justice.

Et maintenant, place à l’éloquence, au service de la plus noble des causes : celle des droits de l’Homme !

Documents à télécharger