Organisation internationale de la Francophonie
Actualités

Réduire ce texte Agrandir ce texte Imprimer ce texte imprimer Envoyer ce texte envoyer

Voeux du Secrétaire général de la Francophonie pour 2010

22 janvier 2010

A l’occasion de la nouvelle année, Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, a présenté, le mercredi 20 janvier à Paris, ses vœux au personnel de la Francophonie et à ses invités.

« Nous sommes tous profondément bouleversés, chagrinés, désemparés suite à la catastrophe qui vient de frapper si cruellement Haïti. Je voudrais que toutes nos pensées aillent, en cet instant, vers le peuple haïtien, vers les familles en deuil, vers les blessés. Je voudrais y associer le personnel de notre Antenne régionale, du Programme « Justice en Haïti », du Bureau de l’AUF, ainsi que les professeurs et les étudiants de l’Institut de gestion. Cette tragédie nous concerne tous. N’abandonnons pas Haïti ! » C’est par ces mots, et par une minute de silence, que le Secrétaire général a voulu commencer, cette année, son discours.

Alors que 2010 marque le quarantième anniversaire de la Francophonie, le Secrétaire général a souhaité que ce soit « l’occasion, pour les francophones et les francophiles du monde entier, d’affirmer fièrement leur identité dans la diversité, de renouveler leurs liens de solidarité, d’offrir aux fondateurs d’hier la Francophonie d’aujourd’hui et de demain ». L’inauguration, le 20 mars prochain, du nouveau siège de la Francophonie marquera le point d’orgue de ces célébrations, Abdou Diouf a réitéré ses remerciements au Président de la République française, Nicolas Sarkozy, « qui ne pouvait engager son pays, de manière plus volontaire et plus généreuse, au service des idéaux de la Francophonie ».

Abdou Diouf a également évoqué, cette année, le dixième anniversaire de la Déclaration de Bamako, texte fondateur de la Francophonie en matière de pratiques de la démocratie, des droits et des libertés, appelant à nouvelles initiatives : « Car nous voyons bien, qu’en dépit des acquis et des efforts de tous les acteurs de la communauté internationale, perdurent des situations qui interpellent notre conscience ».

Enfin, il s’est réjoui de la décision d’organiser le XIIIe Sommet à Montreux, en Suisse, qui « sera à nouveau l’occasion pour nos chefs d’Etat et de gouvernement de conforter la Francophonie dans ses ambitions et ses moyens », a-t-il déclaré.

- Lire le discours du Secrétaire général

Toutes les actualités de l'OIF